Portraits

Karine, promo LP GePSAC Angers 2017-2018

Karine, 25 ans, originaire de Nantes, issue de la promo 2017-2018, est aujourd’hui auto-entrepreneuse aux Pays-Bas.

Titulaire d’un BTS assistante de gestion PME-PMI, elle effectue une année en Grèce durant laquelle elle effectue deux stages : l’un en tant qu’Assistante Relations Internationales pour le Conseil International de la Danse (UNESCO) puis un autre stage de 4 mois en tant que Chargée de l’Accueil des Artistes pour Athens Digital Arts Festival

Elle intègre ensuite la licence pro Gepsac lors de laquelle elle fait un stage à l’Institut français de Bucarest en Roumanie, en tant qu’assistante de projets culturels 

«j’étais plus particulièrement chargée d’assister les chargées de mission audiovisuel/arts numériques et livre/débat d’idées. Entre autres, j’ai eu la chance d’aider à l’organisation du Festival du Film français de Roumanie ou encore les Journées du Polar pour promouvoir le genre polar à des lycéens roumains francophones.»

Des missions en production et en administration qui lui ont été très bénéfiques et un  stage qui lui a notamment permis de découvrir le secteur audiovisuel et du livre. 

Ces expériences à l’étranger lui ont fait acquérir de nombreuses méthodes de travail et des connaissances sur différentes cultures « tout en découvrant le monde de la diplomatie culturelle et des réseaux à l’étranger, ce qui était mon but en cherchant un stage en Institut français.»

La licence, quant à elle, lui a apporté toutes les compétences nécessaires pour son travail « Evidemment, beaucoup de choses s’apprennent avec l’expérience de terrain mais, la licence fournit des compétences clés et je trouve l’approche de la licence très pratique, ce qui permet une application directe de ce que l’on apprend. Et même si certains cours, à l’époque, me paraissaient moins pertinents, j’en vois aujourd’hui l’utilité et la visée dans mon travail »

A la suite de la licence pro et de son stage son envie de travailler à l’étranger étant très forte elle intègre le Master Développement de Projets Artistiques et Culturels Internationaux à l’Université Lumière Lyon 2 « et ce dans l’objectif d’acquérir encore plus de compétences pour me développer dans les projets culturels internationaux. »

Master dont elle validera la première année mais pas la deuxième puisqu’un poste lui a été offert en tant que chargée de production dans une compagnie de danse aux Pays-Bas. Compagnie au sein de laquelle elle travaille encore aujourd’hui. 

Elle a cependant tout de même repris, cette année, un Master Strategic Events Management à l’Université de Breda (Pays-Bas) « qui est un master à temps partiel (1 jour par semaine) où chaque étudiant doit travailler en parallèle dans le secteur au moins 2 jours par semaine. Une combinaison parfaite. »

Ce master lui permet d’acquérir des connaissances plus stratégiques mais surtout de renforcer son réseau aux Pays-Bas.

Monnaie courante dans le secteur culturel néerlandais elle est devenue travailleuse indépendante et a créé sa micro-entreprise durant son stage de master ce qui lui a permis de travailler avec la compagnie de danse au sein de laquelle elle travaille toujours aujourd’hui mais aussi, depuis près d’un an maintenant, elle est responsable des Opérations (Administration/RH/Marketing) pour un studio 3D spécialisé dans la création d’avatars pour l’industrie du film, des jeux vidéo et de la mode. 

Deux postes très riches et variés à temps partiel donc « Je travaille donc à temps partiel pour la compagnie de danse, à temps partiel pour le studio 3D et un jour par semaine pour le master. Je participe également à d’autres projets culturels de temps à autre. »

Ces différents postes et son master lui permettent donc d’évoluer et de se créer un réseau important. Elle s’occupe notamment pour la compagnie de danse des tournées, de la logistique, de la production, de l’administration, de la diffusion, des contrats et de la communication et du marketing. « Ce que j’aime dans mon travail, c’est la diversité des tâches, le fait de travailler pour une jeune compagnie où il y a peu de salariés, permet de toucher un peu à tout. Et j’ai la chance de pouvoir accompagner la compagnie en tournée, un vrai bonus. Le hic, c’est le manque de temps et de budget et le stress que cela peut occasionner. Tellement de choses à faire en si peu de temps ! »

Auprès du studio elle s’occupe de l’administration, de la comptabilité et des ressources humaines, principalement.

Bien que ces postes soient passionnants, elle espère évoluer dans le temps tout en restant dans la production mais avec des responsabilités plus importantes en management d’équipe.
Elle aimerait aussi trouver un autre contrat avec une association culturelle mais pour ça elle admet devoir encore faire quelques efforts en néerlandais.

Son parcours international est, soyons honnête, très riche et inspirant ! Une carrière faite de travail, de persévérance et de découvertes passionnantes.

____________________________________________________________________________________________________

Angélique, promo LP GePSAC Angers 2017-2018

Angélique, originaire de Vendée et âgée de 29 ans, ancienne étudiante de la LP GePSAC nous livre un témoignage afin de comprendre ce qui l’a menée à vivre aujourd’hui à Montréal au Québec

 

Après un DUT Animation sociale et socioculturelle à Bordeaux, elle effectue un service civique à Animafac, où elle organisait des formations à la conduite de projets associatifs sur le campus Bordelais.
Ce service civique très formateur lui a permis de se rendre compte qu’elle « vouait une passion sans nom »  au monde du cirque alors elle s’est démenée pour effectuer un service volontaire européen à l’École de Cirque de Bruxelles. 

« J’ai fait ma mission pendant 9 mois et ils m’ont gardé quelques mois de plus par la suite. »
Après un passage en Argentine elle revient en France pour faire notre licence : « J’avais un peu d’expérience et je voulais consolider le tout avec une formation. »

Elle effectue son stage de fin de formation au service culturel de la commune de Notre Dame de Monts : « La commune fait partie du réseau de ville accueillant la Déferlante (de printemps et d’été) et propose une programmation culturelle vraiment intéressante (cinéma, accueil de résidence d’artiste…). Il y a le festival A tout vent au début de l’été qui accueille plein de Cerf voliste du monde entier »

Ce stage lui a été très bénéfique car il lui a permis d’observer sur le terrain la polyvalence nécessaire pour travailler dans une petite structure, elle y a appris à s’adapter et y a vécu « tellement de belles expériences ».

A la suite de la licence, elle a été gardée pour la saison, à Notre Dame de Monts puis est partie au Canada « un mois avant de partir j’ai postulé à des offres en ligne ou bien en envoyant des candidatures spontanées, j’ai créé mon LinkedIn. Ce qui fait que 10 jours après être arrivée j’ai eu un appel pour être adjointe administrative pour les festivals des Francofolies et du Festival de Jazz pour deux mois. Je commençais 3 jours après. En parallèle j’ai travaillé pour Juste pour rire, je faisais l’accueil et je faisais du montage/démontage/nettoyage pour les PikNik Electronik. Dans le fond, je me trouvais plein de petits jobs « en bas de l’échelle » pour pouvoir me faire un réseau

Son travail, sa persévérance et son adaptabilité ont payé puisqu’aujourd’hui elle travaille depuis trois ans à L’équipe Spectra à Montréal.

« On a une agence d’artiste et on est mandaté pour organiser 3 festivals qui sont constitués en association : Les Francofolies de Montréal, le festival international de Jazz et Montréal en lumière. En fait, les salariés à l’année on a un contrat sous l’Équipe Spectra et ceux qui travaillent sur le terrain pendant les évènements sont embauchés par l’association mais tout est au même endroit. » 

Un emploi varié où elle n’a pas le temps de s’ennuyer puisque ses missions changent régulièrement : Adjointe administrative pour le département de la production, adjointe administrative à la programmation, technicienne à la comptabilité, adjointe aux opérations, analyste financière. 

« J’aime beaucoup avoir cette chance d’apprendre et d’évoluer sans cesse depuis 3 ans, tant que j’apprends ça me convient en fait. C’est vrai que je travaille pour une grosse structure qui a, en partie, le monopole concernant les festivals d’envergure.  Alors disons que je dois souvent faire face à des conflits d’intérêt avec moi-même! C’est pourquoi je m’engage bénévolement à côté, dans d’autres projets culturels plus petits et en rapport avec mes valeurs ».

Elle a de plus la chance de travailler dans une région du monde où la facilité de trouver un travail dans le secteur est plus facile et où «les gens te laissent la chance d’évoluer s’ils sentent que tu en est capable et je trouve ça fantastique! »

Un parcours international fait de persévérance et de volonté, voilà deux caractéristiques à garder en tête ! 

____________________________________________________________________________________________________

Camille, LP GePSAC Angers 2014-2015

Camille Loury, ancienne étudiante de la licence professionnelle GePSAC, issue de la promotion 2014 – 2015 nous a transmis un témoignage concernant son parcours. Un retour d’expérience riche et intéressant pour cerner ce qui pourrait attendre les étudiant·e·s de la licence.

Actuellement chargée de production et d’administration au Normandy, SMAC située à Saint-Lô en Normandie, elle retire de bons souvenirs de son passage dans la formation « clairement c’est la meilleure promo de l’histoire de la licence, je suis désolée pour les autres mais nous avions une sacrée équipe. »

Passionnée de musique depuis toujours et grande spectatrice de concerts depuis son plus jeune âge, les concerts ont toujours été pour elle une « source de joie et d’émerveillement. »
Consciente de son « manque de patience et d’oreille musicale », elle savait ne pas pouvoir se diriger dans les métiers artistiques, mais au contraire son goût prononcé pour l’organisation et son sens logique lui ont permis de se diriger vers les métiers dits de l’ombre.

Son parcours, très diversifié, lui donnait de nombreux atouts dans le secteur :

  • un DEUG (un bac +2 si vous préférez) en Art du Spectacle option cinéma à Caen, « j’ai arrêté à la fin de la deuxième année car bien que passionnantes ces études manquaient de pratique.»
  • un DUT Information Communication option communication des organisations toujours à Caen.  « Cette fois rien de passionnant, loin de là, la communication n’était à l’évidence pas mon domaine, mais j’ai pu effectuer des stages intéressants et rencontrer des personnes formidables. »

Elle a ensuite été prise en service civique dans l’association culturelle qui faisait de la diffusion et de l’accompagnement artistique où elle avait fait son stage « Cela m’a permis de me découvrir une passion pour l’admin, la compta, les budgets, mais aussi de rencontrer énormément d’acteur·rice·s locaux·ales. »

En parallèle de ses études et de son service civique c’est une personne engagée en tant que bénévole dans de nombreux festivals, salles de concerts et association : «J’ai commencé comme bénévole « entretien » à ramasser les déchets au Festival Beauregard, puis je suis passée à l’accueil artistes pendant plusieurs années, pour terminer responsable du plus gros bar du festival, car j’étais en parallèle bénévole bar à la SMAC le Big Band Café dont le directeur est également directeur de Beauregard. J’ai été « simple » bénévole, puis trésorière (le retour de ma passion pour la compta, l’admin et les budgets) puis coordinatrice de deux associations qui avaient pour objet l’organisation d’évènements musicaux et l’accompagnement d’artistes et groupes de musiques caennais ».

Un investissement bénévole important dans son parcours qui lui a permis d’acquérir des compétences, des connaissances et un réseau mais aussi « une vision associative et humaine du secteur qui m’ont aidé et qui me suivent encore aujourd’hui dans mon parcours professionnel. »

Son bénévolat lui a notamment permis d’être embauché au sein de sa structure actuelle puisque le directeur du Beauregard lui avait fait une lettre de recommandation.

C’est à la suite de son service civique qu’elle est entrée dans la licence et qu’elle a effectué son stage à FERAROCK, Fédération des Radios Associatives Musiques Actuelles, à Rennes pendant 6 mois en tant qu’assistante de production et d’administration. 

« J’ai fait pas mal d’admin, un peu de compta, je me suis occupée des Féralistes (allez jeter un œil il y a pas mal de pépites dedans), j’ai aussi aidé à l’organisation et à la coordination des plateaux radios mutualisés au Printemps de Bourges et au Rock dans Tous Ses États (super festival à Évreux en Normandie qui a malheureusement disparu depuis). C’était un stage très intéressant et l’écriture du mémoire était un exercice vraiment stimulant. »

« J’ai terminé mon stage mi-août 2015, passé ma soutenance mi-septembre et la même semaine j’ai été appelé pour passer un entretien au Normandy où j’ai commencé la semaine suivante. On peut dire que j’ai eu de la chance, que j’étais au bon endroit au bon moment, mais c’est aussi et surtout le fruit d’énormément de travail et d’investissement personnel. »

Un parcours donc très riche en expériences et en investissement qui lui ont permis d’évoluer dans son poste : Elle a commencé par un contrat aidé en tant qu’assistante de billetterie et de production et est aujourd’hui chargée de production et d’administration, mais également responsable des bénévoles, du bar et elle est  « en charge de la mise en place des actions liées au développement durable dans son ensemble (pas uniquement le volet environnemental, il y a également la prévention et la réduction des risques en milieu festif ou encore l’égalité femmes-hommes et l’accessibilité). »

Production, organisation logistique, accueil artistes, accréditations, plannings bénévoles, budgets, demandes de subventions, contrats de cession, contrats d’engagements et embauches des artistes régionaux·ales, accompagnement administratif, service au bar. « Au niveau développement durable je fais de la veille, je participe à des groupes de travail au niveau national sur le sujet, je réfléchis et mets en place des actions dans les différents domaines et tente de mobiliser mes collègues sur le sujet. »

Des missions nombreuses et diverses qui demande une polyvalence importante et lui permet, sans aucun doute, de ne jamais s’ennuyer dans son travail, travail qu’elle aime particulièrement :

« J’apprécie énormément mon travail, la pluralité des missions que je peux avoir, le niveau de responsabilité que j’ai acquis et le fait de pouvoir participer à l’organisation d’un concert, de partager ces moments avec le public, c’est un sentiment merveilleux. Bien sûr en 2020 c’est un peu remis en question, mais quand même nous faisons de très beaux métiers, essentiels au bon fonctionnement de la société. »

Toujours en quête d’évolution et d’acquisition de nouvelles compétences Camille envisage de se diriger vers de la régie : « Je vais me former début 2021 aux métiers de la technique pour, pourquoi pas, me diriger vers de la régie. »

Son témoignage montre à quel point l’investissement et le travail finissent par payer dans ce secteur, et surtout montre qu’il faut savoir saisir les opportunités quand elles se présentent car même si celles-ci sont sur des postes à faibles responsabilités elles nous permettent de monter doucement et sûrement l’échelle pour atteindre des postes plus complets et plus passionnants !

La polyvalence est aussi évidemment de mise dans ce genre de travail comme le montre bien le témoignage de Camille !

Merci à elle de s’être livrée à nous !